La bonne nouvelle : l’absentéisme recule dans les entreprises. La mauvaise : il est toujours trop élevé et coute de plus en plus cher. (source le figaro: http://w1p.fr/163106)

Eviter l'absentéisme

éviter l’absentéisme

Et vous que faites-vous ? Car diminuer l’absentéisme c’est :

  1. Améliorer la productivité de l’entreprise,
  2. Améliorer le morale des équipes,
  3. Faire des économies…

Alors croyez moi cela mérite que l’on y regarde de plus près. Je vous propose 4 bonnes pratiques que les entreprises qui réussissent mettent en place.
1) Mesurer la situation dans votre entreprise : Bien sur on ne peut améliorer que ce que l’on mesure. Mais c’est surtout commencer à le comprendre et identifier les mécanismes qui créent l’absentéisme. N’oubliez pas l’absentéisme n’est que la conséquence.
2) Analyser les facteurs et apporter des réponses : Une fois les mécanismes identifiés, il est possible de s’attaquer aux causes et d’y apporter des solutions adaptés à votre entreprise. Améliorer les conditions de travail, aménager les horaires, travailler sur les méthodes de management des personnes, former le personnel, s’assurer que l’employé a les moyens de pouvoir bien faire… sont quelques exemples de domaine à évaluer.
3) Former les managers à gérer l’absentéisme : En fait il y a beaucoup de non-dit avec l’absentéisme. C’est le problème des RH (pas le mien). La peur d’être intrusif ou d’interférer avec la sphère privé de l’individu. Le manque de savoir faire pour accompagner la personne souvent absente… Entre l’entretien, la discussion, la gestion de conflit, la communication… il existe des moyens pour gérer l’humain dans ces cas de figures. Il ne s’agit pas seulement de conditions de travail ou de moyens. Il faut aussi traiter la dimension humaine et cela passe toujours par l’échange et la communication. Donc former l’encadrement à gérer les situations d’absentéisme et à identifier les causes pour les traiter et éviter la conséquence.
4) Bien communiquer sur le projet d’entreprise : Cette bonne pratique n’est pas directement liée à l’absentéisme. Cependant lorsque le personnel s’identifie et s’approprie le projet de l’entreprise, se sent en adéquation avec les objectifs de l’entreprise, l’absentéisme est moins important. Normal si je me plais dans l’espace où je travail, j’ai plaisir à y revenir, j’ai le sentiment d’être utile, de faire quelque chose d’utile, alors je participe et je m’implique plus. CQFD
En résumé : lutter contre l’absentéisme c’est œuvrer pour un meilleur climat social et une meilleure productivité dans l’entreprise Du gagnant gagnant, un partenariat employé/entreprise.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !