Déni de réalité

Déni de réalité

Un peu d’humour pour comprendre un problème qui affecte souvent la bonne marche de la gestion d’une entreprise : le déni de réalité :
  • Vodka + glaçons = attaque les reins.
  • Rhum + glaçons = attaque le foie.
  • Gin + glaçons = attaque le cerveau.
  • Whisky + glaçons = attaque le coeur.
  • Ricard + glaçons = attaque la vue.

Attention les glaçons sont vraiment dangereux pour la santé !!!
Ce trait d’humour est représentatif d’un mal récurrent en entreprise. Dans toutes mes sessions de coaching ou de formation, je rappelle cette réalité aux personnes clefs de l’entreprise.
Le déni de réalité: en d’autres termes, ne pas identifier et s’occuper des vrais problèmes qui affectent la performance de l’entreprise ou des équipes.
Alors voici 4 conseils simples à mettre en pratique :
1) Analysez plusieurs situations similaires. Le fait de comparer différentes situations vous permettra d’identifier les points communs, de trouver les facteurs de non performance, ou les facteurs qui ne permettent pas d’avoir un bon résultat, ou encore les erreurs à éviter à l’avenir. L’analyse est un bon moyen d’apprendre, d’adapter et d’améliorer ses procès.
2) Analysez à plusieurs. Laissez les autres s’exprimer, pas d’apriori, intégrez dans l’équipe des personnes de différents départements, cela vous permettra d’avoir d’autres visions, d’autres angles de vue, des situations. La discussion, les échanges et la synthèse ne peuvent que favoriser le processus d’analyse et donc la valeur des conclusions.
3) Évaluez ce qui peut être améliorer et comment. Chercher à améliorer un processus ou des résultats est un bon moyen d’aborder un problème ou une situation délicate. L’approche est plus positive. Au lieu de se focaliser sur le problème on aborde des améliorations possibles. Il faut juste ensuite ne pas oublier de traiter les raisons qui ont amenés à ce résultat, pour aussi traiter les causes.
4) N’hésitez pas à demander de l’aide, à prendre un avis extérieur. En interne, une autre forme du point 2, ou en externe. Demander l’avis d’un fournisseur, d’un partenaire, d’un client s’avère généralement très instructif. La discussion, le fait de devoir s’expliquer différemment vous permettra d’incorporer dans votre analyse une autre perspective, et d’inclure des éléments que vous n’auriez sans doute pas pris en compte autrement.
En résumé, analysez, plutôt à plusieurs, et demandez un avis extérieur. Ainsi vous trouverez, simplement, ce qui doit être changé et des solutions et des améliorations à apporter à votre entreprise pour de meilleurs résultats.

Et n’oubliez pas, l’abus d’alcool est dangereux…
Cet article vous a plu ? Partagez-le !