addiction égal danger

addiction au travail = danger

Ma collègue Anne Aveline (@anneaveline) nous a relayé un article des échos sur l’addiction au travail fort intéressant et que je vous conseille de lire.
Ce sujet est vraiment important et on se doit d’y faire attention, de sensibiliser ses équipes. Comme toujours il faut un drame humain (suicide, burn out) pour ce rendre compte à quel point ceci peut être dévastateur et pas seulement pour la personne directement impliqué, mais aussi ses collègues et son entourage familiale.
Alors faites ce petit test et prenez conscience de ce problème qui va grandissant avec les nouvelles technologies, et la perte de certains repères dans la répartition temps de travail et temps perso. C’est toujours un sujet que j’aborde avec mes clients lors de mes sessions de coaching d’affaires. L’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle est fondamental pour tout le monde.
La France n’est pas le pays le plus avancé dans les études des implications du stress ou de la dépendance au travail. Ce sujet prend de plus en plus d’ importance au regard de l’actualité suscité par les problèmes du stress au travail (se rappeler la situation chez France Télécom).
Le Dr Cécilie Schou Andreassen a mis au point un petit test que je vous recommande de faire pour savoir si vous avez une addiction au travail. Cette psychologue norvégienne a développé un baromètre («l’échelle de Bergen») basé sur sept critères de dépendance spécifiques au monde du travail (la tolérance, la visibilité, l’humeur, le repli sur soi, le conflit, la rechute et les problèmes) mais que l’on retrouve généralement dans la plupart des addictions (alcoolisme, drogue, etc.).
Une étude sur 12.000 salariés norvégiens répartis parmi 25 industries différentes a permis de montrer que cet instrument permet de déterminer le degré de dépendance (pas dépendant, à moitié dépendant, dépendant) en distinguant les véritables bourreaux du travail des travailleurs motivés et sains d’esprit.
Un test simple en sept questions :
Voici sept affirmations que vous devez noter sur une échelle de un à cinq: (1) jamais, (2) rarement, (3) parfois, (4) souvent et (5) toujours.

  1. Vous voulez toujours travailler plus
  2. Vous passez beaucoup plus de temps au travail que ce qui est prévu
  3. Vous travaillez dans le but de réduire les sentiments de culpabilité, d’anxiété, d’impuissance et de déprime
  4. Vos proches vous ont déjà dit de réduire votre temps passé au travail mais vous ne les écoutez pas
  5. Vous vous sentez mal dès lors que vous ne pouvez pas travailler
  6. Vous laissez de côté vos loisirs à cause de votre travail
  7. Votre travail a des répercussions négatives sur votre santé

Si les notations (4) « souvent » et (5) « toujours » reviennent au moins quatre fois parmi les sept affirmations, vous pouvez considérer que vous êtes un bourreau du travail.
S’agit-il d’une dépendance ? Ou simplement trop de charge de travail ? Pouvez-vous y remédier seul ? Parlez-en à vos proches, à un collègue, à votre coach, ou à un médecin du travail.
Des fois il suffit juste de mieux organiser son travail et de changer quelques habitudes.
Des conséquences grave sur la santé, sans oublier l’impact pour l’équilibre de vos équipes et donc de votre entreprise. C’est un phénomène a ne pas prendre à la légère. Des recherches antérieures ont déjà montré que le surmenage provoquait des insomnies, un épuisement accru et un stress permanent chez les dépendants, entraînant des problèmes de santé mais aussi des conflits familiaux.
Soyez vigilant et ne sous-estimez pas les risques psychosociaux au travail. Sensibilisez vos équipes, passez à l’Action.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !