Paroles d’experts
Bien avant d’être coach d’affaires, j’ai eu le souci de travailler mon réseau. Aujourd’hui, ils m’apparaissent comme une solution pour passer les turbulences qu’on nous annonce. Pour en cerner la pertinence, je cède la place à Erwan Minier, Président du Centre des jeunes dirigeants (CJD) des Côtes d’Armor.
Président du Centre des jeunes dirigeants des Côtes d'ArmorLe CJD ?
« Le CJD existe depuis 70 ans. Il rassemble 3300 cadres dirigeants et chefs d’entreprise en France, à travers 107 associations et 6800 dans le monde. À Saint-Brieuc, nous sommes 60 « JD » de moins de 45 ans qui représentent 3300 emplois et un chiffre d’affaire de 230 M€. »
Le fonctionnement
« Nous ne sommes absolument pas un réseau d’affaires. Notre maître mot est la bienveillance. Nous recherchons la richesse de travaux et la mutualisation des savoir-faire et des expériences sans arrière pensée. Nous nous réunissons 2 soirées de travail en commission par mois ce à quoi il faut ajouter une plénière mensuelle. Ainsi, nous accompagnons les dirigeants dans leur métier sur les aspects économiques et sociaux. »
Une solidarité forte pour passer le cap
« Ce qui fait notre force est la solidarité. Pour donner un exemple, quand un JD connaît des difficultés, nous pouvons mettre en place un Groupe d’autodiagnostic ou d’aide à la décision (GAD). Il rassemble 2 ou 3 JD aux compétences complémentaires pour permettre à celui qui est dans le dur de passer le cap. Et ça marche. »
Appartenir à un réseau permet de découvrir d’autres façons de faire, de développer de nouvelles méthodes et solutions. En période de crise, qui peut s’en passer ?
Erwan Minier président le CJD des Côtes d’Armor et dirige la société 3DMS à Plérin.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !